AGIR ICI ET MAINTENANT



 

Les dangers du téléphone portable


Info diffusée par l'association :

Agir pour l’environnement
Voir le site


Toutes les infos de Agir pour l’environnement

Sur le même thème

Consommation

Droit

Infos conso


 

Une étude scientifique pour la première fois affirme que les portables sont nocifs

"Non aux attaques du lobby de la communication contre les associations"

Sommaire :

  • Livre blanc "Votre GSM, votre santé, on vous ment !
  • Autres sources d’informations
  • Mise à jour septembre 2006 : "Santé et mobile : les rapports d’experts français mis en accusation officiellement"
  • Mise à jour fin 2007 : Les preuves scientifiques définitives des dangers pour la santé de la téléphonie mobile
  • Livre blanc "Votre GSM, votre santé, on vous ment !

    Une étude scientifique pour la première fois affirme que les portables sont nocifs : troubles du sommeil et de l’humeur, fatigue, dépression, pertes de mémoire et d’équilibre, maux de tête (dus à la formation de micro-oedèmes dans le cerveau), cancers, maladies neurodégénératives...

    Publié le 22/01/2004, le Livre blanc "Votre GSM, votre santé, on vous ment !" a été réalisé par 4 membres du CSIF-CEM (Comité scientifique sur les champs électromagnétiques).

    Ces experts indépendants, dénoncent les pressions exercées par les industriels de la téléphonie mobile sur les scientifiques lors des études antérieures.

    "L’objet de ce livre blanc est de présenter de manière objective les résultats des très nombreux travaux consacrés aux conséquences sanitaires de l’exposition des populations aux hyperfréquences pulsées de la téléphonie mobile. Cette publication a été rendue nécessaire en raison des nombreux troubles observés chez les riverains des stations-relais de téléphonie mobile (dont l’installation en France a été particulièrement anarchique) et chez les utilisateurs de téléphones portables. Sont passés en revue les travaux scientifiques mondiaux relatifs à l’exposition des êtres vivants aux ondes de la téléphonie mobile. On peut y constater des effets particulièrement nocifs sur le système nerveux et le métabolisme cellulaire. Les publications officielles françaises, destinées à permettre le développement technologique sans entrave, y sont examinées et critiquées. Les études épidémiologiques menées un peu partout dans le Monde révèlent clairement l’étiologie des nombreux malaises ressentis par les utilisateurs de téléphones portables et les riverains d’antennes relais (insomnies, troubles cardiaques, hypertension, céphalées...) ainsi que l’existence possible d’un lien entre cette exposition et des pathologies lourdes telles des maladies neurodégénératives, certaines formes de cancer... "

    "VOTRE GSM / VOTRE SANTÉ : ON VOUS MENT !" "150 pages pour rétablir la vérité" édition Marco Pietteur / collection Résurgence

    En savoir plus (travaux et rapports en ligne)

    Lire le communiqué de presse "NON AUX ATTAQUES DU LOBBY DE LA COMMUNICATION CONTRE LES ASSOCIATIONS" (13.02.2004)

    Un exemple : "Assignation en référé contre les associations : Bouygues Telecom débouté !"

    Un autre exemple :
    "Le 25 novembre 2003, l’UFC-Que Choisir a rendu public une étude économique sur le marché du SMS (1,3 milliards de chiffre d’affaire en 2003 en France). L’étude révélait que le prix moyen d’un SMS en France est de 13 centimes d’euros et que chaque opérateur réalise une marge de 80,2 %.

    Le lendemain, SFR louait des espaces publicitaires dans plusieurs quotidiens nationaux pour tenter de décrédibiliser l’étude de l’UFC-Que Choisir.

    Le Tribunal de Grande Instance de Nanterre a condamné le 15 mars 2004, la société SFR à verser un euro de dommages et intérêts à l’Association."
    Source : lettre d’information Que Choisir du 23/03/2004.

    Autres sources d’informations

    - "Le rayonnement des téléphones portables affecte l’ADN de cellules isolées", un article de 01net.
    Une étude européenne (du 8/12/2004) démontre que des champs électromagnétiques peuvent provoquer des dommages sur l’ADN de cellules humaines cultivées en laboratoire. Le lien avec d’éventuelles maladies n’est pas encore prouvé.

    - Voir aussi : "Téléphonie mobile et santé, pour des mesures immédiates de précaution".

    - Antennes relais : pour l’application d’un principe de précaution. Le blog.

    - Criirem, Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques.

    - L’appel de Fribourg, par la Société Interdisciplinaire de Médecine Environnementale IGUMED. Un appel lancé par 1200 médecins allemands.
    "Devant le laxisme des autorités officielles, aussi bien sanitaires que politiques, que l’on doit qualifier de criminel, une fronde commence à s’organiser, avec des médecins qui dénoncent les risques auxquels sont soumis les populations. Bien que de nombreuses études, dont certaines remontent aux années 40, démontrent les méfaits de certains champs électromagnétiques, les experts officiels nationaux, européens, et même de l’OMS, font preuve d’une incompétence plus que suspecte. On sait depuis plus d’une décennie qu’une exposition permanente à des champs électromagnétiques, affaiblit le système immunitaire."

    - La campagne d’Agir Pour l’Environnement.

    - "GSM, ondes de choc ?", sur le site info-durable.be.

    - L’association Robin des toits porte assistance sous diverses formes aux populations exposées à toute forme de nuisance dont l’origine est dans les nouvelles technologies de télécommunications sans fil.

    - Calculez les impacts environnementaux de votre téléphone portable avec l’Ademe. Lire le rapport sur l’analyse du cycle de vie d’un téléphone portable.

    Mise à jour septembre 2006 : "Santé et mobile : les rapports d’experts français mis en accusation officiellement"

    "Une enquête ministérielle confirme le manque d’indépendance des auteurs des rapports publics sur les dangers de la téléphonie mobile. Une victoire pour les associations de défense de l’environnement qui réclament une nouvelle étude épidémiologique. [...]

    En 2003, l’Afsset avait publié un premier rapport plutôt rassurant sur les risques de la téléphonie mobile sur la santé. Mis à jour en juin 2005, ses conclusions étaient similaires."

    L’Inspection générale de l’environnement (IGE), organisme de contrôle dépendant du ministère de l’Écologie et l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), structure interministérielle chargée d’évaluer les politiques publiques, contestent les résultats de ces études, dans un rapport publié le 13 septembre.

    "L’enquête des deux inspections, tenue secrète pendant neuf mois, a mis au jour le "lien direct" d’un expert de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement (Afsse) avec Bouygues Telecom et le "lien indirect" de trois autres experts avec France Télécom."

    Ce qui n’empêche pas la Ville de Paris d’afficher sur le site paris.fr qu’"aucun effet sanitaire imputable au rayonnement émis par les antennes relais (de téléphonie mobile) n’a été démontré".

    Les verts demandent le retrait de cet avis, qui n’a pas plus de "crédibilité" que les rapports sur lesquel il s’appuie, et affirment également que ""la position de la ville n’est pas dissociable des enjeux financiers de la téléphonie pour les finances communales". En 2005, SFR, Bouygues et Orange ont versé plus de 1,8 million d’euros à la mairie pour installer des antennes sur les bâtiments publics."

    - Lire l’article de ZDnet.

    - Lire l’article du Monde : "Les antennes de téléphonie divisent la majorité parisienne", Béatrice Jérôme, 25 septembre 2006.

    - Mise à jour octobre 2006 : "Les associations obtiennent la publication du rapport mettant en cause l’expertise de l’AFSSE".
    Communiqué de presse Agir pour l’Environnement - PRIARTéM - 12 septembre 2006.
    "Il aura fallu plus de 8 mois et la ténacité des associations qui après avoir fait adresser par leur avocat un recours gracieux auprès des ministres de tutelle ont saisi, la semaine dernière la CADA pour que les ministères de tutelle rendent enfin public ce rapport. [...] Ce rapport confirme les propos Guy Paillotin Président du Conseil d’Administration de l’Agence : « aujourd’hui, il n’existe pas d’expertise sérieuse et incontestable en matière de téléphonie mobile en France »."

    Mise à jour fin 2007 : Les preuves scientifiques définitives des dangers pour la santé de la téléphonie mobile

    Les preuves scientifiques définitives des dangers pour la santé de la téléphonie mobile (téléphone portable, antenne-relais, WiFi, Wimax, Bluetooth, DECT...) : le Rapport BIOINITIATIVE.

    Ce rapport récapitulatif passe en revue plus de 1500 travaux publiés. Il constitue une première sur ce sujet, car il est rédigé sous l’égide du mot PREUVE. Scientifique, bien entendu.
    Le verdict de la science libre, sans lien financier ou public, est définitif. SUR LE PLAN SCIENTIFIQUE, IL N’Y A PLUS DE DEBAT.
    LA TOXICITE de la téléphonie mobile EST UN FAIT ETABLI.

    - Lire et télécharger en Français l’essentiel de ce rapport d’études international de 600 pages publié par le BIOINITIATIVE WORKING GROUP prouvant les dangers des émissions "type téléphonie mobile" (téléphone portable, antennes relais GSM, UMTS, ondes Wifi, Wimax, Bluetooth, téléphone sans fil DECT...) pour la santé.

     

    Date ref : 22 janvier 2004
    Info en ligne depuis le 25 mars 2004
    Mise à jour le 23 février 2009
    Article consulté 5874 fois.

    Réagir à cet article : poster un commentaire