AGIR ICI ET MAINTENANT



 

Le fléau de la pollution automobile

Dans la rubrique

Infos

Sur le même thème

Ecologie

Consommation

Action

Agir au quotidien

Acheter responsable

A bas la pub

Transports

Best of

Synthèse

Climat


 

Des infos et des conseils pour limiter la pollution automobile

Sommaire :

  • Les coûts sociaux et environnementaux du transport
  • Faits et chiffres
  • La climatisation, un désastre pour le climat
  • Campagnes anti-4x4
  • Des conseils pour mieux utiliser sa voiture
  • Le covoiturage
  • Des voitures "propres" ?
  • Les modes de transport alternatifs
  • Les victimes de la route
  • Qui est responsable : automobiliste ou constructeur ?
  • En savoir plus
  • Les coûts sociaux et environnementaux du transport

    "Les transports pèsent lourd dans notre empreinte écologique : selon la Mission Interministérielle de l’effet de serre, ils représentent 31% de la consommation en énergie en France en 2002. Depuis 1990, les émissions de CO2 dues aux transports ont bondi de 22%. Le CO2 que nous émettons aujourd’hui restera en moyenne une centaine d’années dans l’atmosphère : d’ici au siècle prochain, la concentration de CO2 doublera si nous n’agissons pas dès à présent."

    - Source : le WWF, dossier "Transports", décembre 2004.

    "Il est bien connu que le transport est un des secteurs d activité où les « externalités » comme disent les économistes, sont les plus importantes. On veut dire par-là que chaque trajet engendre des effets négatifs en termes de risques sanitaires, d atteintes à l environnement, d encombrements et de nuisances de toutes sortes qui ne sont, le plus souvent, pas incorporés dans le prix payé par l usager. En fait, le consommateur du moyen de transport (automobile, train, bus, etc.) ne paie généralement qu une partie du coût réel de son trajet, le reste du coût étant reporté soit sur la collectivité toute entière, soit sur certains groupes sociaux (riverains, par exemple), soit encore sur les générations à venir. Le fait que ce soit la collectivité actuelle ou à venir qui paie la différence entre le coût supporté par le consommateur pour le trajet effectué et le coût total de ce trajet revient à dire que le voyageur bénéficie d un subside qui ne se justifie pas toujours d un point de vue éthique (le riche est subsidié au même titre que le pauvre) et qui, la plupart du temps, ne l encourage nullement à chercher à réduire l impact négatif de sa consommation pour la collectivité."

    - Extrait de l’article "Les coûts sociaux et environnementaux du transport", dans le périodique "Indicateurs pour un Développement durable" (bimestriel belge gratuit, disponible sur Internet), novembre-décembre 2003. Lire la suite en ligne (PDF 52 ko).

    Faits et chiffres

    Par Christophe, dans la Lettre d’info Greenpeace Lille du 31/03/04 :

    "Certains pensent que les sciences et les technologies vont résoudre seules les problèmes que ces mêmes sciences et technologies ont engendrés.
    Démonstration :

    • Grâce à la technologie, les voitures consomment 15 à 20% de moins qu’il y a quelques années et la part de marché des véhicules émettant moins de 140 grammes de CO2 par kilomètre passe pour la première fois la barre des 30%. Merci la technologie !
    • Malgré une diminution de la taille des familles, les "familiales", autrement dit les grosses voitures spacieuses (Monospace, Minibus) et notamment les 4x4, se vendent mieux : leur part de marché ne cesse de progresser (+5% en 2003). Les 4x4 consomment 50% de plus que leur homologue et ces grosses voitures émettent jusqu’à 3 fois plus de CO2 que les plus économes. Sans oublier la clim’ qui fait une percée ! Bravo la technologie !
    • Les transports constituent le secteur ayant connu la plus forte progression d’émission de CO2 : +22% depuis 1990. Selon cette tendance nous serons à +33% en 2010 alors que l’objectif (minimaliste) du protocole de Kyoto impose une réduction de 5,8%. Super la technologie !

    Et pourtant abaisser de 130 à 120 km/h la vitesse sur autoroute (+3,8 mn sur 100 km !) permettrait d’économiser 2 millions de tonnes de CO2 par an, soit 10% de l’effort à réaliser dans les transports. La mesure, jugée trop impopulaire, a été abandonnée. Pas fou le Raffarin !

    Nota bene : un trajet en voiture sur 2 est inférieur à 3 km. Le 1er km surconsomme +80%, le 2e + 50%, ... les trajets urbains représentent ainsi 50% de la consommation des véhicules individuels (source : Ademe 2001)."

    - En savoir plus : Les guides pratiques de l’Ademe.

    - Consultez le site "RAGA" (Résistance à l’Agression automobile).

    La climatisation, un désastre pour le climat

    Quelques données de l’ADEME :

    En voiture :

    • Le fonctionnement du climatiseur entraîne une surconsommation de l’ordre de 25 % à 35 % en ville, et de 10 % à 20 % en extra urbain
    • A l’année cela représente une surconsommation et donc une surémission de CO2 de plus de 5 %
    • S’ajoute l’impact des rejets en fluides frigorigènes des circuits de l’air conditionné : 1 gramme de ce fluide rejeté dans l’atmosphère équivaut à 1300 grammes de gaz carbonique.

    - A lire aussi : "Une climatisation qui fait froid dans le dos...".

    Campagnes anti-4x4

    900.000 tonnes de CO2 sont rejettées par les 100.000 4x4 vendus en France en 2003.
    "L’importation de la mode américaine des véhicules à quatre roues motrices en milieu urbain est une aberration de plus de notre société de surconsommation. L’augmentation des ventes de 4 x 4 et autres pick-up est un effet de plus du mimétisme publicitaire. Cela repose non sur un besoin objectif, mais sur la volonté de paraître, mélangeant allègrement l’objet acquis et le statut social du possédant. Selon l’Ademe, un véhicule 4 x 4 consomme 40 % de plus en ville qu’une automobile classique..."

    - Lire la suite sur le site www.anti4x4.net/ : un site de l’association Agir pour l’environnement, dans le cadre de la campagne "La pub véhicule un message polluant !". Sur ce site, des articles intéressants tels que "Le 4x4 dérègle le climat !", "Le 4x4, symbole de puissance" ; "Best of 4x4" : le "Top 10 des 4x4 les plus émetteurs de CO2", "Statistiques des émissions de CO2 et de la consommation de carburant des dix 4x4 les plus vendus en France en 2003", le 4x4 "ca pollue", "c’est bruyant"... Tout ce qu’il faut pour convaincre votre entourage de ne pas acheter un 4x4. Et aussi, des autocollants à télécharger ou commander en ligne [1].

    - Le collectif des "Dégonflés" est spécialisé dans des opérations commandos d’un type inédit : le dégonflage de pneus des 4 x 4.
    Lire l’article de Libération "A Paris, les anti-4x4 prennent l’air la nuit".
    Le blog des dégonflés.
    Rejoins les dégonflés.

    - "A Lille, les 4 x 4 prennent des bains de boue forcés", un article de Libération du mercredi 15 février 2006.
    "Armés de seaux, un commando sillonne les rues de Lille et barbouille les tout-terrain au cours d’expéditions nocturnes, militant ainsi contre leur présence en ville."
    Le "Collectif pour le bien-être du 4 x 4" milite "gentiment" contre la présence des 4 x 4 en ville. « Le Collectif pour le bien-être du 4 x 4 s’engage à réintroduire le 4 x 4 dans son milieu naturel, et lutte pour que celui-ci retrouve une qualité de vie décente. Parce qu’on ne met pas un husky en appartement, on ne met pas un 4 x 4 en ville. »

    Mise à jour (mars 2006) : ce collectif est maintenant dissout (voir le dernier paragraphe).

    - Lire aussi : "4x4 = Zéro de conduite ! ", une campagne d’Agir pour l’environnement contre l’usage urbain des 4x4..

    Des conseils pour mieux utiliser sa voiture

    - Sur le site belge "éco consommation" : des conseils pour le choisir votre voiture, l’entretenir, éviter la surconsommation, etc.

    - Le "Guide de bonne conduite automobile" sur le site de l’ADEME ("Pour être sûr d’adopter la bonne conduite, économique et écologique, suivez le guide... ").

    Le covoiturage

    A ne pas confondre avec l’auto-partage, qui consiste à partager une voiture entre plusieurs personnes ou familles (partage des frais d’assurance, d’entretien...), le co-voiturage permet de réduire le nombre de trajets et la pollution en remplissant l’auto lors des déplacements, ponctuels ou réguliers.

    Demandez par exemple à vos collègues d’où ils viennent, et si vous ne pouvez pas faire le trajet ensemble et partager les frais.

    De nombreux sites de co-voiturage naissent depuis quelques temps, comme 123envoiture.com ou covoiturage.com.
    Conducteurs et passagers peuvent y inscrire leurs trajets et leurs souhaits pour trouver des compagnons de voyage.

    Des voitures "propres" ?

    Il n’existe pas de voiture "propre", mais bien sûr toutes ne se valent pas...

    Selon le classement de l’Ademe, les citadines "bon marché" se classent parmi les moins polluantes.

    - Lire l’article sur le site de Que Choisir.

    - Le palmares sur le site de l’Ademe.

    - Voir le site de la campagne "voitures" de Greenpeace : élection de la pire voiture de l’année, fiches d’informations sur les constructeurs, questions-réponses (diesel, voiture hybride, agrocarburants, taux d’émissions...).

    - Lire l’article "Les biocarburants ne sont ni verts, ni bio, ni équitables".

    Les modes de transport alternatifs

    Marche à pied, bicyclette, transports en commun, covoiturage, location de véhicule... des conseils et des comparatifs pour limiter le recours à la voiture personnelle.

    - Sur le site de l’ADEME : "Les modes alternatifs".

    La revue 60 millions de consommateurs a réalisé un test intéressant pour un article du numéro 370 de mars 2003 intitulé "Le vrai coût des transports".

    Les différents moyens de locomotion y sont comparés, sur différents critères croisés (temps, coût, fatigue et stress...) et selon des cas de figure représentatifs (un couple parisien de plus de 25 ans, une famille lilloise avec deux enfants, un couple de retraités niçois, une étudiante bordelaise).

    Et il se trouve que pour la plupart des déplacements (comme Lille-Marseille, Nice-Paris, Bordeaux-Strasbourg, Paris-Amsterdam), le plus intéressant est... le train. Sans compter les temps de trajet beaucoup plus courts [2] et la fatigue en moins, le prix est également intéressant [3].

    "Sur place, il est toujours possible de louer une voiture. Et si on est urbain, on peut ainsi carrément se passer de voiture, puisqu’elle n’est pas plus rentable pour les déplacements courts et réguliers. En effet, les Français sous-estiment largement le budget "voiture", qui arrive souvent en deuxième position après celui du logement ! Il faut en effet compter le coût d’acquisition, puis d’entretien, d’essence, d’assurances...

    On peut donc faire du bien à l’environnement tout en ne se privant pas. Et pourquoi pas aller travailler à vélo, comme ça on fait du trois en un en soignant aussi sa santé."

    Attention : l’avion et le scooter polluent bien plus que la voiture, ce ne sont donc pas des modes de transport alternatifs ! L’avion ne doit être utilisé que sur les longs trajets, difficiles à réaliser autrement ; "les cyclomoteurs et les motos [émettent] 4 à 10 fois plus de polluants au kilomètre qu’une voiture catalysée", conclut une étude de l’ADEME publiée le 29 juin 2005 et reprise notamment dans Le Monde.

    - En finir avec le mythe de "l’indispensable automobile" : CarFree France vous propose 10 conseils pour vivre sans voiture, comme de faire ses courses à vélo !.

    Les victimes de la route

    La campagne de communication de la Prévention Routière de l’été 2006 disait :

    "L’automobiliste est bête, il croit que c’est le motard qui est bête, alors qu’en fait c’est le cycliste, dit le piéton".

    La route est réservée à tous, partageons.

    "La signature insiste sur la nécessité de prendre en compte l’autre et d’établir des rapports plus harmonieux. Car une route pacifiée, c’est aussi une route plus sûre."

    "Le total des victimes de la route chaque année peut s’évaluer, en chiffres arrondis à 20.000 tués, dont 5.000 par accidents de la circulation et 15.000 par pollution + 100.000 blessés de la circulation, dont 3.000 handicapés à vie = 120.000 victimes par an.
    Et encore, concernant la pollution, on ne parle là que des morts, et pas des "simples" malades, tels que asthmatiques ou autres..." (Ludovic, de la Vélorution). [4]

    - Statistiques annuelles sur le site de la sécurité routière.

    Qui est responsable : automobiliste ou constructeur ?

    Brève de "Que Choisir" le 7/11/2006. :

    "La Commission européenne envisage de faire voter une loi afin d’obliger les constructeurs automobiles à respecter leurs engagements en matière d’émissions de CO2. Les constructeurs, eux, rejettent la faute sur les consommateurs."
    Seuls cinq sur les 20 principaux fabricants officiant sur le continent européen seraient en passe de respecter les objectifs fixés en termes de baisse des émissions polluantes.
    "L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a officiellement fait savoir qu’elle s’opposait fermement à une telle loi. Si les constructeurs européens admettent que la baisse des émissions de CO2 s’est ralentie ces derniers mois, c’est, selon eux, la faute aux consommateurs qui délaissent les véhicules les moins polluants et préfèrent se tourner vers des véhicules grands et sûrs, plus gourmands en énergie et émettant plus de CO2. L’ACEA ose même affirmer que le ralentissement de la diminution des émissions de CO2 est dû « à l’acceptation décevante de la part des consommateurs des voitures très économiques ». Un cynisme à toute épreuve qui justifie à lui seul les velléités législatives des autorités européennes."

    C’est aussi une bonne raison supplémentaire de boycotter l’automobile !

    En savoir plus

    - Le blog antivoitures : des liens, des articles, les textes essentiels et des dessins de Charb et Cabu.
    "Il ne s’agit cependant pas de lancer une "fatwa" anti-voitures, mais de lutter pour un rééquilibrage de l’usage de l’espace public, un développement des modes de déplacement propres, des transports collectifs, de l’usage du vélo en milieu urbain et de la marche à pied. "

    - Voir aussi "Prix "Tuvalu" du dérèglement climatique".

    - Elargir la recherche sur ce site : toutes les infos sur les "transports".

    - "Transports : un texte pour arrêter de faire fausse route !"
    "Signal d’alarme ? L’augmentation du prix du carburant annonce-t-elle la fin de l’ère du tout-pétrole ? Dans notre monde fini et aux ressources limitées, il devient urgent de réfléchir à l’impact de nos déplacements. La MRES a souhaité s’exprimer sur ce thème de façon collective, au travers d’un texte d’expression coordonnée qui aborde les problèmes environnementaux, sociaux, économiques et de solidarité internationale posés par les déplacements.
    Ce texte énonce les enjeux et des pistes pour rééquilibrer les modes de transport en diminuant l’usage du transport routier. Aménagement du territoire, modifications des modes de production et de consommation, infrastructures et actions citoyennes... De nombreux domaines sont concernés pour arrêter de faire fausse route."

     

    Publié le 8 juillet 2004
    Mis à jour le 22 juillet 2008
    Article consulté 4800 fois.

     


    Notes :

    [1] Vous pouvez aussi les imprimer sur du papier normal est les glisser sous l’essuie-glace, si vous n’aimez pas les collages...

    [2] 5h contre 10h15 entre Lille et Marseille, hors embouteillages estivaux...

    [3] Un euro de plus pour une famille faisant Lille-Marseille !

    [4] Sources :
    http://www.hcsp.ensp.fr/hcspi/docsp...
    http://www.securiteroutiere.equipem... /observatoire/conjoncture/index.html
    http://www.sante.gouv.fr/htm/dossie...

     

    Réagir à cet article : poster un commentaire