AGIR ICI ET MAINTENANT



 

Mieux consommer... en vendant des téléphones portables aux enfants de 4 ans ?!!!


Info diffusée par l'association :

Agir pour l’environnement
Voir le site


Toutes les infos de Agir pour l’environnement

Sur le même thème

Consommation

A bas la pub


 

Alors que de nombreuses études scientifiques alertent les autorités publiques quant aux effets sanitaires des téléphones portables, Carrefour et le BHV ont mis en vente un portable dédié aux enfants âgés de 4 à 8 ans, le « BabyMo » (retiré sous la pression des associations).

Sommaire :

  • Mise à jour : Carrefour et le BHV retirent le Babymo de la vente
  • Mise à jour : Le distributeur français du portable pour enfant assigne Agir pour l’Environnement et Priartém en référé
  • Mise à jour avril 2005 : victoire des associations en référé
  • Agir pour l’Environnement - Priartém

    Communiqué de presse du 24 janvier 2005-

    "La mise en vente d’un tel produit est totalement irresponsable alors que douze équipes scientifiques européennes viennent de rendre publique une étude qui s’inquiète des dommages causés à l’ADN par les fréquences utilisées par la radiotéléphonie mobile. C’est la première fois qu’en France un distributeur ose braver l’interdit implicite voulant que les enfants soient préservés de campagnes de promotion agressives les invitant à utiliser un téléphone portable.

    En date du 12 janvier 2005, The Time titrait en Une « Children face danger of mobile phone tumours » se faisant l’échos d’une enquête du National Radiological Protection Board coordonnée par William Stewart. La société Carrefour, qui distribue également ce portable « BabyMo » en Belgique fait déjà l’objet d’une campagne de mobilisation visant à empêcher la diffusion de ce téléphone portable dans ce pays et ne pourra donc pas se réfugier derrière une hypothétique absence d’informations pour se dégager de sa responsabilité.

    Une fois de plus, les associations déplorent l’inaction du Gouvernement dans ce domaine, ouvrant clairement la voie à ce genre d’opération commerciale irresponsable."

    Les actualités du site de l’association PRIARTéM

    "Un téléphone mobile pour enfants indésirable dans la grande distribution", un article de ZDNet.

    - A lire aussi : "Les dangers du téléphone portable".

    Mise à jour : Carrefour et le BHV retirent le Babymo de la vente

    Le 26 janvier, Carrefour retire finalement le portable de la vente, mais uniquement... parce qu’il ne se vend pas !

    Suite à l’action d’information et de dissuasion des associations Priartem et Agir pour l’environnement au BHV de Paris, vendredi 4 février, la Direction du BHV a fait savoir qu’elle décidait de retirer le portable destiné aux enfants de 4 à 8 ans de la vente, en application du principe de précaution, notamment.

    Mise à jour : Le distributeur français du portable pour enfant assigne Agir pour l’Environnement et Priartém en référé

    L’Audience initialement prévue le 7 mars 2005, 14 heures est reportée sur demande des avocats d’ITT au 21 mars.

    "Paris, le 03 mars 2005 : Alors qu’à la suite des actions légitimes menées par les associations Priartém et Agir pour l’Environnement, Carrefour et le BHV ont décidé raisonnablement de retirer de la vente un portable spécifiquement destiné aux très jeunes enfants, le distributeur de ce produit en France, la Société monégasque ITT, assigne les deux associations en référé devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour « trouble manifestement illicite ».

    Loin de suivre l’exemple de son homologue anglais, Communic8 qui a fait le choix responsable de suspendre immédiatement la diffusion de ce portable à la suite des recommandations du Professeur Stewart qui déconseillaient formellement l’usage du portable pour les jeunes enfants en raison, ITT opte pour l’attaque judiciaire contre les associations, passant outre les avis de prudence lancés par les experts nationaux et internationaux, passant outre l’accumulation de résultats scientifiques de plus en plus préoccupants, passant outre l’application la plus élémentaire d’un principe inscrit aujourd’hui dans notre constitution, le principe de précaution.

    Les associations Priartém et Agir pour l’Environnement ont, en intervenant contre la commercialisation du Babymo en France, pleinement rempli leur rôle d’alerte citoyenne sur une question de santé publique qui concerne, dans le cas présent, les enfants. On pouvait espérer que cette alerte aurait été suivie d’une réaction gouvernementale qui aurait permis de mettre fin définitivement à ce dossier. Force est de constater l’inaction gouvernementale qui laisse aux sociétés commerciales la responsabilité du choix entre le respect de la santé publique et celui des lois du commerce.

    Les associations Priartém et Agir pour l’Environnement invitent donc les parlementaires à agir comme l’ont déjà fait leurs homologues belges qui ont déposé un projet de loi visant à interdire la commercialisation du portable pour enfants sur le sol belge.

    Pour leur part, les associations ne se laisseront pas museler par des attaques judiciaires et continueront à se battre pour le respect de la santé et particulièrement de celle des enfants. Elles souhaitent que cette assignation en référé devienne l’occasion de rendre publics les risques liés au développement de la téléphonie mobile, notamment lorsqu’il s’agit d’enfants en bas âge."

    Source : la lettre d’information d’Agir pour l’environnement.

    Priartèm lance un appel à soutien (clôture le 14 mars).
    Face à cette assignation qui s’apparente à une tentative d’intimidation, nous serions heureux de pouvoir compter sur votre soutien. En rejoignant la liste des personnalités réclamant une réglementation contraignante entourant le développement de la téléphonie mobile, vous nous aideriez à alerter l’opinion publique sur les conséquences sanitaires et psychologiques de la diffusion de portables à des enfants de 4 à 8 ans.

    Lire aussi : "Les "anti-McDo" anglais avaient le droit de dénigrer le géant du hamburger".

    Mise à jour avril 2005 : victoire des associations en référé

    Le tribunal de grande instance a débouté vendredi en référé la société monégasque ITT et son BabyMo. Celle-ci avait porté plainte contre deux associations pour « politique agressive de dénigrement ». Fin janvier, les campagnes menées par Agir pour l’environnement et Priartem avaient conduit Carrefour et le BHV à retirer l’objet de leurs rayons.

    Lire l’article de Libération.

    Sur le site d’APE : le communiqué de presse, l’ordonnance du Tribunal de Grande Instance de Paris (lisez-la, c’est très intéressant de constater sur quels arguments les deux parties se sont opposées !) et le Courrier à la DGCCRF.

     

    Info en ligne depuis le 26 janvier 2005
    Mise à jour le 24 août 2006
    Article consulté 2277 fois.

    Réagir à cet article : poster un commentaire