AGIR ICI ET MAINTENANT



 

L’école pour piéger les sans-papiers


Info diffusée par l'association :

ATTAC
Voir le site


Toutes les infos de ATTAC

Sur le même thème

Politique

Droit

France

Action

Protester

Agir au quotidien

Sans frontières


 

Non aux interventions policières en milieu scolaire !

Sommaire :

  • Communiqué RESF du 14 juin 2006 : Calendrier préparatoire à l’ouverture de la chasse à l’enfant
  • "Mercredi 2 février 2005, des gendarmes se sont rendus dans le collège Charles De Gaulle de Fameck (Moselle) pour interpeller deux élèves irakiens, des frères âgés respectivement de quinze et dix-sept ans.

    Ces gendarmes avaient, selon eux, tenté sans succès d’interpeller dans la matinée le père de ces deux jeunes pour mettre à exécution la mesure d’éloignement dont il fait l’objet.

    N’ayant pu l’interpeller, ils se sont présentés dans l’établissement où étaient scolarisés ses deux enfants. Sur place, ils ont fait appeler les deux élèves par le proviseur. Lorsqu’ils ont compris que les gendarmes étaient là pour les emmener, les deux élèves ont été pris de panique. Un enseignant est alors intervenu pour éviter tout recours à la force et a obtenu des jeunes qu’ils suivent les gendarmes.

    Les deux jeunes ont été conduits dans les locaux de la gendarmerie où ils ont passé une partie de l’après-midi. En fin de journée, les gendarmes les ont ensuite emmenés dans la chambre d’hôtel où ils vivent avec leur père, dans l’espoir de pouvoir y interpeller celui-ci. En début de soirée, le père ne s’étant pas présenté, les gendarmes sont repartis en laissant les deux jeunes livrés à eux-mêmes. C’est donc un véritable piège qui a été tendu à ce père de famille, utilisant ses enfants comme appâts.

    Paniqués par les conditions de leur interpellation, très angoissés à l’idée que leur père puisse être arrêté, ces deux jeunes ont été profondément choqués par cet épisode. Les personnels du collège et les camarades de classes sont aussi bouleversés par cette intervention des gendarmes qui a généré un sentiment de peur et d’insécurité dans tout l’établissement. Il y a eu de nombreuses protestations de membres du personnel de l’établissement mais aucune réaction officielle de la direction.

    Depuis, le père aurait disparu pour éviter l’arrestation. Suite à un signalement du collège, les enfants ont été placés dans un foyer de Fameck en raison de leur situation d’isolement.

    Le Réseau éducation sans frontières constate que ce type de pratique tend à se multiplier sur l’ensemble du territoire. Depuis quelque temps, les forces de l’ordre ont pris pour habitude de venir chercher dans les établissements scolaires des enfants de tous âges pour les enfermer dans des centres de rétentions avec leurs parents, dans l’attente de leur expulsion. Ils se servent maintenant de l’école pour piéger les parents et les interpeller.

    Le Réseau éducation sans frontières proteste contre ces pratiques indignes. Il entend s’opposer à ces interventions de plus en plus fréquentes des forces de l’ordre dans les établissements scolaires. Il demande aux enseignants et aux personnels de l’éducation nationale de refuser de prêter leur concours à ce type de pratiques. Enfin, il exige la suspension immédiate de la mesure d’éloignement prise à l’encontre de ce père de famille, ainsi que le réexamen de sa situation administrative au regard du droit à l’éducation de ses enfants et de leurs attaches en France.

    Jeudi 10 février 2005"

    - Signez la pétition nationale.

    - Envoyez au ministre Nicolas Sarkozy les cartes postales - pétition dessinées par Tignous.

    - Le site du Réseau éducation sans frontières.

    - Recevoir les appels à mobilisation et s’abonner à la liste d’information.

    - Liste des 70 organisations membres du Réseau.

    - Le Réseau Education Sans Frontière (RESF, soutien aux élèves sans papiers) assure des permanences tous les jeudi de 18 à 20h au local de Solidaires (84 rue de Cambrai à Lille).

    Voir aussi :

    - l’Appel à la régularisation des sans-papiers scolarisés.
    - "Lycéens, vos papiers ! Non, aux contrôles d’identités aux abords des établissements scolaires".

    Communiqué RESF du 14 juin 2006 : Calendrier préparatoire à l’ouverture de la chasse à l’enfant

    "Par une nouvelle circulaire aux préfets, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales a décidé de réglementer quelque peu la chasse à l’enfant dont il prévoit toujours l’ouverture à la fin de l’année scolaire.
    En effet, une circulaire ministérielle datée du 13 juin 2006 prévoit la régularisation, sous certaines conditions, des parents d’enfants scolarisés depuis septembre 2005, nés en France ou entrés en France avant l’âge de 13 ans. C’est incontestablement l’effet des innombrables mobilisations dans les établissements scolaires et autour d’eux. Et du même coup un encouragement à poursuivre et étendre les actions.

    En procédant de la sorte, le ministre de l’Intérieur réussit l’exploit d’accorder à des futurs français (enfants nés en France) ou à des jeunes qui étaient assurés d’obtenir un titre de séjour à leur majorité (enfants entrés en France avant 13 ans) le privilège de n’être pas expulsés avec leurs parents. Quel courage politique !

    Dans le même temps, le parlement s’apprête à adopter une nouvelle loi sur l’immigration, présentée par ce même ministre, qui supprime le droit au séjour des jeunes résidant en France depuis au moins l’âge de 13 ans sans leurs parents, créant ainsi des nouvelles situations de jeunes scolarisés sans papiers. Bel exemple de double langage !

    Par ailleurs, cette circulaire réaffirme la volonté du ministre d’expulser tous les autres : les jeunes scolarisés entrés après l’âge de 13 ans, les anciens mineurs isolés, les parents d’enfants encore trop jeunes pour être scolarisés, etc.
    Les demi-mesures et les faux-semblants de Monsieur Sarkozy n’y changent rien : réglementée ou pas, c’est toujours la chasse à l’enfant qui est programmée pour cet été.
    A cette date, les préfets, les fonctionnaires de police, de gendarmerie et de l’administration préfectorale seront invités à traquer en tous lieux sur le territoire national les jeunes majeurs sans papiers, les bébés et tout jeunes enfants dont les parents sont sans papiers et les parents eux-mêmes, à les interpeller à leur domicile, dans la rue, en préfecture ou même à l’hôpital, à les placer aussitôt en garde à vue, à les enfermer dans des centres de rétention, à les faire monter, sans billet de retour, de force s’il le faut, dans des avions pour des pays de misère, qui sont parfois en guerre, à menotter les parents devant les enfants, à les scotcher à leurs sièges d’avion. Force doit rester à la loi, quand bien même elle serait de circonstance et inhumaine.
    Bonnes vacances.

    Le Réseau éducation sans frontières entend saluer une telle persévérance dans l’inhumanité. A cette fin, il organise ou s’associe à plusieurs initiatives :

    Vendredi 16 juin, 14h30 au Sénat. Au moment même ou le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Grand Veneur des chasses à l’enfant fera adopter par le Sénat son nouveau texte contre le genre humain baptisé CESEDA, des parlementaires, sénateurs et députés, accueilleront au Sénat des parents et des enfants sans papiers pour les placer symboliquement sous leur protection, les parrainer collectivement et manifester ainsi leur volonté de combattre les conséquences dramatiques de la politique du gouvernement.

    Dimanche 18 juin, M. Jack Lang, initiateur de la Fête de la musique en 1982, des personnalités (parmi lesquels Yannick Noah, Josiane Balasko, Stomy Bugsy, Nicolas Sirkis, Smaïn, Muriel Robin, Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg, Gérard Jugnot), le RESF et une délégation des familles et de jeunes sans papiers s’adresseront aux artistes qui animeront la Fête de la musique 2006 le 21 juin pour leur demander de dédier cette fête aux jeunes sans papiers scolarisés et menacés d’expulsion.

    Mardi 20 juin, Musée des Arts premiers, Quai Branly. Le RESF s’invite à l’inauguration du Musée des Arts premiers. Accaparer les ouvres et chasser les descendants des artistes, est-ce bien humaniste ?

    Jeudi 22 juin 19h30 Au Cabaret Sauvage Porte de la Villette /Paris Concert de solidarité Les Ogres de Barback & K2R Riddim

    1er juillet : Cérémonie d’ouverture de la Chasse à l’Enfant placée sous le haut patronage moral du Grand Veneur de l’Hôtel de Beauvau."

    Education sans Frontières.
    educsansfrontieres @ free.fr

     

    Info en ligne depuis le 17 février 2005
    Mise à jour le 13 mars 2007
    Article consulté 1251 fois.

    Réagir à cet article : poster un commentaire