AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Les "anti-McDo" anglais avaient le droit de dénigrer le géant du hamburger


Info diffusée par l'association :

Agir pour l’environnement
Voir le site


Toutes les infos de Agir pour l’environnement

Sur le même thème

Consommation

Droit

International

Protester

A bas la pub


 

La critique de la « malbouffe » relève de la liberté d’expression, et cette liberté fondamentale a été violée par le Royaume-Uni lorsqu’il a lourdement condamné pour diffamation deux militants britanniques qui avaient dénigré par voie de tract le géant du hamburger, McDonald’s, a estimé la Cour européenne des droits de l’homme, mardi 15 février.

Pour avoir diffusé un tract de 6 pages intitulé "Ce qui ne va pas chez McDonald’s" (il affirmait notamment que la multinationale vend une nourriture dangereuse pour la santé, porte atteinte à l’environnement, impose des conditions de travail très dures à ses salariés), Helen Steel, serveuse de bar à temps partiel et David Morris, ancien employé des postes au chômage avec un enfant à charge, ont été condamnés à verser plus de 110 000 euros à McDonald’s aux Royaume-Uni pour "diffamation".

Ils ont alors saisi la Cour de Strasbourg, qui estime que la liberté d’expression a été violée : "Dans une société démocratique, il existe un net intérêt général à autoriser de tels groupes militants non officiels à contribuer au débat public par la diffusion d-informations et d’opinions sur des sujets d’intérêt général comme la santé et l’environnement."

Pour les magistrats, "on doit tolérer un certain degré d’hyperbole et d’exagération dans un tract militant - et même s’y attendre". Les multinationales ne font-elles pas plus mensonger à longeur de publicité ? Pourquoi ne pourrait-on pas se défendre quand la publicité pour McDonald’s affirme que les repas y sont "équilibrés" ?

Les magistrats jugent "disproportionné" le montant des dommages imposés aux deux militants, compte tenu de leurs faibles revenus, et leur octroient 35 000 euros pour dommage moral et 47 311 euros pour frais et dépens.

Ouf !

Source : Newsletter d’Agir pour l’Environnement, d’après un article de Rafaële Rivais pour Le Monde, le 16 février 05.

 

Info en ligne depuis le 4 mars 2005
Article consulté 2593 fois.

Réagir à cet article : poster un commentaire