AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Pic de la consommation électrique : un accroissement inéluctable ?


Info diffusée par l'association :

Agir pour l’environnement
Voir le site


Toutes les infos de Agir pour l’environnement

Sur le même thème

Ecologie

Consommation

France

Agir au quotidien

Energie


 

Agir pour l’Environnement déplore, une nouvelle fois, la passivité du Réseau de Transport de l’Electricité (RTE) qui semble se féliciter du nouveau pic de consommation électrique atteint lundi 28 février vers 19h15 en France.

Sommaire :

  • Canicule et augmentation de la consommation électrique : un cercle vicieux
  • "Alors que la France a du importer 3% de son électricité pour pouvoir assurer le franchissement de ce pic qui pèsera inévitablement sur notre balance du commerce extérieur, RTE se comporte en spectateur passif, commentant a posteriori ce record au lieu d’agir préventivement pour lisser le pic de consommation durant les heures creuses. Pourtant, RTE payera au prix fort les investissements qu’il devra réaliser afin de surdimensionner son réseau électrique, et ce pour seulement quelques heures par an !

    Agir pour l’Environnement considère ce pic de consommation comme un nouveau record d’attentisme de RTE, filiale d’EDF qui devrait tout faire pour mieux répartir la consommation électrique sur 24 heures. Il existe certainement au sein de RTE une volonté implicite de cautionner la relance du nucléaire en laissant à penser qu’il existe un déficit de production d’électricité [1]. Ce déficit ponctuel est le résultat d’un manque flagrant d’anticipation de RTE qui exporte à bas prix le reste de l’année plus de 14% de l’électricité française.

    Agir pour l’Environnement dénonce le côté puéril qui conduit RTE à se gargariser du « toujours plus » au lieu de mener, en concertation avec MétéoFrance et l’Ademe, de grandes campagnes d’informations permettant d’anticiper au mieux les pics de consommation électrique et ainsi les éviter.

    Dans les jours qui viennent, Agir pour l’Environnement demande que les autorités publiques en charge de la politique énergétique de ce pays joue enfin leur rôle en favorisant la maîtrise de l’énergie, en appelant l’ensemble des citoyens à réduire leur consommation entre 18h30 et 21h, notamment en éteignant les appareils en veille, les lampes inutiles, en repoussant à une heure nocturne l’usage des machines à laver, sèches linges, chauffe-eau électrique, en maintenant strictement à 19° la température ambiante des pièces à vivre."

    Communiqué de presse d’Agir pour l’environnement du 1er mars 2005.

    Source : lettre d’information d’Agir pour l’environnement.

    Canicule et augmentation de la consommation électrique : un cercle vicieux

    Canicule en 2006.
    Il fait chaud, donc on se climatise pour se refroidir, donc on consomme beaucoup d’électricité, donc EDF a du mal à suivre car ses centrales ont chaud aussi, il faut donc les refroidir, avec l’eau des rivières... où la faune et la flore ont déjà chaud elles aussi.
    Ceci n’est pas "durable", surtout avec le réchauffement climatique enclenché par notre surconsommation effrénée.

    Voilà le cercle vicieux résumé, et ses solutions : consommer moins et mieux l’énergie, développer les énergies renouvellables qui elles seules sont "durables".

    - Lire l’article "Canicule et augmentation de la consommation électrique : un cercle vicieux" sur notre-planète.info.

     

    Info en ligne depuis le 15 mars 2005
    Mise à jour le 2 août 2006
    Article consulté 1819 fois.

     


    Notes :

    [1] Le RTE affirme que "la France va devoir mettre en service de nouvelles capacités de production [nucléaire] dès 2008 pour faire face à la demande croissante d’électricité".

    Réagir à cet article : poster un commentaire