AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Courrier International et la désinformation

Dans la rubrique

Infos

Sur le même thème

Boycott

Médias

Energie


 

Les déchets nucléaires ne sont plus un problème !

Sommaire :

  • Simplification = désinformation
  • Une pratique habituelle
  • Simplification = désinformation

    Dans le numéro 827 de Courrier International (7 sept. 2006 ), un titre attire mon attention et me remplit d’espoir :

    "PHYSIQUE • Se débarrasser des déchets nucléaires, enfin
    Un chercheur allemand a trouvé un moyen de diviser par 100 la durée de vie des déchets radioactifs. Leur gestion devient enfin un problème soluble."

    Bien entendu, à la lecture de l’article, rien n’est si simple et M. Rolfs, l’un des scientifiques à l’origine de cette découverte déclare en guise de conclusion : "Nous n’en sommes qu’au tout début. De vastes recherches en ingénierie seront encore nécessaires pour mettre cette idée en pratique".

    Je touve l’affirmative de ce titre particulièrement choquante. Pas une nuance, pas un point d’interrogation (comme dans d’autres sources ayant relayé cette information).

    Le lecteur pressé qui saute de titre en titre (qui a le temps de lire intégralement un hebdo aussi épais ?), aura retenu que le nucléaire n’est plus un problème (si l’on exclut les risques dûs au fonctionnement de la centrale et ceux de la prolifération nucléaire). On a "enfin" la solution pour se débarasser de ses déchets !

    Ceci n’est sûrement pas pour déplaire aux annonceurs du journal que sont Areva et EDF (de pleines pages doubles en couleur).

    - L’article controversé et un débat sur futura-sciences.com.

    - Sur le sujet des problèmes posés par l’industrie nucléaire, voir sur ce site les articles concernant l’énergie.

    Une pratique habituelle

    Ce n’est pas la première fois que je suis choquée par un titre aguicheur et tendancieux de Courrier International.

    Me choque également l’absence totale de ligne éditoriale, qui autorise la reproduction de tout et n’importe quoi pourvu que ç’ait été publié par une revue quelconque sur la planète.
    Certes, la liste des "sources" en début de journal permet de constater que l’article particulièrement abject qu’on vient de lire (le ton provocateur de son titre agissait comme un aimant) émane d’un torchon d’extrême droite ou ultra-libéral.

    A supposer qu’il soit légitime de publier le papier en question, une mise en garde en début d’article serait souhaitable, pour éviter au lecteur piégé cette nausée qui sourd à la lecture de l’article du décalage entre les espoirs nés du titre et le caractère nauséabond de la pensée de l’auteur.

    Ce journal patchwork est à mon goût de plus en plus indigeste pour tout être doté d’opinions politiques ou tout simplement de sens critique.
    Il va bientôt rejoindre "Le Point", "L’Express" et autres "Nouvel Obs" au rayon des imbitables salmigondis journalistiques.

    ... Bon, je suis un peu dure, je m’emporte. Il y a aussi des articles sympas dans ce journal, qu’on ne lira pas ailleurs (j’en ai d’ailleurs fait une rubrique de ce site !). Mais à chaque fois je m’énerve, alors à quoi bon continuer de l’ouvrir ?
    Après, si vous savez rester zen, bonne lecture quand-même !

     

    Publié le 18 septembre 2006
    Mis à jour le 4 novembre 2008
    Article consulté 1179 fois.

     

    Réagir à cet article : poster un commentaire