AGIR ICI ET MAINTENANT


 

En 2007, plus loin que les mots !


Info diffusée par l'association :

Réseau éco-consommation
Voir le site


Toutes les infos de Réseau éco-consommation

Sur le même thème

Ecologie

Consommation

Politique

Economie

Médias


 

Alors que médias, politiques et citoyens semblent prendre conscience de l’urgence de changer nos modes de consommation non "soutenables", on annonce des reccords de consommation pour Noël ! Que faire pour que le message passe ?

Je reproduis ici l’édito de janvier de l’excellente lettre d’information par e-mail du Réseau belge Eco-consommation.

Il dit bien ce paradoxe douloureux auquel mon cerveau se cogne à chaque fois que je fais ce constat : tout le monde (médias, politiques, consommateurs) se félicite de la consommation, la croissance, le pouvoir d’achat et le gaspillage de nos sociétés industrialisées.

La sonnette d’alarme (tirée parfois par les mêmes !) a l’air inaudible au milieu de cette orgie, dont la majorité de la planète est pourtant exclue.
Pourquoi ne se lève-t-elle pas, cette majorité ?

Mais c’est une autre histoire...

"L’actualité économique et sociale de cet hiver 2006-2007, si doux (climatiquement parlant), nous confronte à des contradictions de plus en plus flagrantes, qui expriment la schizophrénie de nos sociétés.

La « vérité qui dérange » (titre du film d’Al Gore sur la menace du changement climatique) fait un tabac dans les salles, .... des partis politiques. De nombreux médias et campagnes de sensibilisation ont diffusé en 2006 le concept d’« empreinte écologique » et un message de grand bon sens, qu’on semblait avoir oublié « l’argent ne fait pas le bonheur », traduit par la divergence entre les indicateurs de bien-être et le PIB. Message reçu donc, nous devons changer nos façons de consommer, pour sauver la planète, pour mieux partager la richesse, et pour retrouver le bien être.

Il s’ensuit toute une kyrielle de bonnes résolutions, depuis celle du citoyen qui dit vouloir économiser son chauffage à celle de la Commission européenne qui dit vouloir une croissance durable, découplée de la consommation d’énergie. ..... Puis viennent les fêtes de Noël et les bilans annuels. « Records en vue pour le Père Noël, la folie des achats de Noël va atteindre des sommets pendant trois jours, un samedi historique en vue », titrait "le Soir" du 22 décembre. Génial ! Noël tombant un lundi, on pouvait consommer pendant les deux jours du week-end puisque les magasins ont ouvert le dimanche 24 ! Personne n’a pensé qu’il aurait été agréable et apaisant pour les familles de pouvoir profiter du dimanche pour préparer la veillée de Noël à la maison, en toute convivialité. Non, préparer Noël c’est faire ses achats. Cette belle fête, païenne ou chrétienne, c’est selon, qui vibrait de magie et de symboles est réduite à un championnat de supermarchés.

Et en ce début janvier, en première page des médias, on se félicite de la croissance économique des pays industrialisés, et on annonce qu’elle sera « durable » (mais pas dans le sens « soutenable »). Le record de ventes de voitures est battu en Belgique : 526.141 immatriculations de véhicules neufs et la vente de 4x4 continue à augmenter. De timides éditoriaux évoquent la contradiction entre cette consommation et le problème du changement climatique.

Dur, dur de croire donc, en ce janvier pluvieux et chaud, que nos modes de raisonner et de consommer peuvent être modifiés par les messages médiatiques, gouvernementaux ou associatifs. Sans doute faut il bien plus que des mots ! Il faut des actes, des témoignages, du vécu positif, et surtout un changement dans notre regard sur les choses et le monde.

Allons donc en 2007 plus loin que les mots ! Bonne Année !

Thérèse Snoy "

- Lire en ligne.

 

Info en ligne depuis le 30 janvier 2007
Article consulté 606 fois.

Réagir à cet article : poster un commentaire