AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Profits pétroliers réalisés en France : Total et Thierry Breton ont menti


Info parue dans :

Que Choisir
Voir le site


Tous les articles dans Que Choisir


Sur le même thème

Ecologie

Economie

Transports


 

L’UFC-Que Choisir réclame une taxe sur les énormes profits pétroliers pour contribuer au financement d’un plan Marshall pétrole dont le but est d’aider les consommateurs à diminuer leur dépendance au pétrole afin de maîtriser leur budget énergétique et de contribuer aux objectifs du développement durable.

"Une nouvelle étude de l’UFC-Que Choisir vient contredire les affirmations du PDG de Total selon lequel « la France ne représente que 5 % des profits de Total », information qui avait été reprise sans vérification par le Ministre des Finances, Thierry Breton. Cette part de 5 % avait été avancée par Total et Thierry Breton pour réfuter l’opportunité d’une taxe exceptionnelle sur les profits pétroliers.

Pour aboutir au chiffre de 5 %, Total n’a pris en compte que les activités qui sont physiquement localisées en France, telles que le raffinage et la distribution. Les profits de l’amont, soit l’exploration-production située à l’étranger, sont intégralement exclus du calcul alors même que le consommateur français qui achète du carburant ou du fioul provenant d’une production amont de Total paye évidemment dans sa facture le coût de revient et les profits que le groupe réalise sur cet amont.

Ainsi, le groupe Total a réalisé, en 2005, près de 2,5 milliards d’euros de profits sur le marché français, soit 20 % de ses profits mondiaux. Sur la période 2003-2006, les bénéfices cumulés du groupe en France atteignent entre 7 et 8 milliards d’euros. Relativement à un taux de retour sur capitaux de 15 %, les « surprofits » du groupe réalisés en France atteignent 1,2 milliard d’euros en 2005 et près de 4 milliards sur 2003-2006. Total ne peut donc plus contester la cohérence de cette taxe exceptionnelle.

La nécessité de cette taxe ne fait que s’accroître. D’un coté, les consommateurs font face à une explosion de leur facture pétrolière qui représente 33 milliards d’euros en 2006 contre près de 26 milliards d’euros en 2003, soit une augmentation annuelle de 267 euros par ménage. D’un autre coté, les groupes pétroliers ont vu leur profit doubler car l’augmentation du prix du baril leur a procuré une rente historique.

Par ailleurs, cette rente pétrolière n’a été affectée que très partiellement à des investissements. Entre 2002 et 2005, les profits de Total ont augmenté de 106 % et les investissements de seulement 47 %. En réalité, Total a profité de la manne pour valoriser toujours plus ses actionnaires : entre 2003 et 2006, les dividendes et les rachats d’actions représentent 47 % de ses capacités de financement.

L’UFC-Que Choisir propose une taxe exceptionnelle d’un milliard d’euros par an pendant cinq ans sur les profits pétroliers déclarés en France. La taxe devrait représenter chaque année un prélèvement de moins de 10 % sur les profits mondiaux de Total et aura pour seule conséquence la diminution d’un tiers de ses rachats d’actions.

La vocation de cette taxe n’est absolument pas punitive. Combinée à une affectation partielle des recettes fiscales de l’Etat sur le carburant, la taxe contribuerait au financement d’un plan Marshall pétrole dont le but est d’aider les consommateurs à diminuer leur dépendance au pétrole afin de maîtriser leur budget énergétique et de contribuer aux objectifs du développement durable.

Le plan Marshall pétrole proposé par l’UFC-Que Choisir permettrait d’investir de 10 à 25 milliards d’euros sur 10 ans pour quatre axes prioritaires : l’offre de transport collectif de proximité, l’aide à l’acquisition de moteurs économes, la relance du fret ferroviaire et la recherche développement dans les énergies alternatives."

- A lire sur le site de Que Choisir.

 

Info en ligne depuis le 20 février 2007
Article consulté 1236 fois.

 

Réagir à cet article : poster un commentaire