AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Les biocarburants ne sont ni verts, ni bio, ni équitables

Dans la rubrique

Infos

Sur le même thème

Ecologie

Consommation

Politique

Economie

Transports

Synthèse


 

Sommaire :

  • Mettez du sang dans votre moteur !
  • Demande de moratoire sur les agro-carburants
  • En savoir plus sur les "biocarburants"
  • Mettez du sang dans votre moteur !

    Lettre d’information de Kokopelli :

    "Suite à notre visite à la grande foire aux mensonges du salon de l’agriculture, Dominique Guillet a rédigé un article sur le scandale des carburants végétaux. Des bombardements en Colombie aux esclaves dans les plantations de canne à sucre au Brésil en passant par les tortures en Indonésie, les carburants végétaux ne sont ni verts, ni bios, ni équitables. Ils ne sont pas non plus durables et ne font qu’accélérer les processus d’érosion, de désertification et de pénurie d’eau.

    Les multinationales de l’agro-chimie, des semences, des biotechnologies, de la pétro-industrie, de l’agro-alimentaire se sont toutes alliées dans cette grande farce et vantent les mérites d’une "indépendance énergétique". Ils prétendent même que les carburants végétaux ne représentent aucune concurrence pour les filières alimentaires. Cependant, des émeutes éclatent au Mexique et aux USA, les cours du maïs flambent, avec une augmentation de 115 % en 15 mois !

    - Lire l’article "Mettez du sang dans votre moteur ! La tragédie des nécro-carburants" sur le site de kokopelli.

    Demande de moratoire sur les agro-carburants

    Agro-carburants, biocarburants, carburants verts, des appellations diverses pour des conséquences aussi multiples que graves :

    - Intensification des risques de famines et des problèmes de souveraineté alimentaire dans les pays pauvres ou "émergents". Risques de crises alimentaires dans les autres pays.

    - Droits humains bafoués dans les pays pauvres pratiquant les monocultures de canne à sucre, de soja et de palmier à huile (esclavage, conditions misérables de travail et de salaire...).

    - Intensifications des maladies cancérigènes et mutagènes provoquées par les pesticides utilisés d’autant plus libéralement que les cultures ne sont pas alimentaires.

    - Porte ouverte supplémentaire pour les OGM.

    - Accentuation des expropriations des petits paysans de leur terre en Amérique latine et Asie.

    - Bilan énergétique plus que douteux pour la planète comme pour le consommateur.

    - Accroissement de la perte de biodiversité par la destruction des forêts tropicales et la quasi-disparition des jachères dans les zones tempérées.

    - Accentuation du réchauffement climatique par la destruction des forêts tropicales.

    - Pression supplémentaire sur la ressource en eau et accroissement de la pénurie en eau.

    - Accélération des processus d’érosion des sols et de désertification par des pratiques culturales destructrices (monocultures, intrants chimiques, etc.).

    - Démultiplication du pouvoir d’une poignée de multinationales détenant les semences, les OGM, les pesticides (insecticides, herbicides...) et une part de l’énergie nécessaire à notre quotidien.

    - Signer le moratoire sur www.moratoire-agro-carburants.com.

    En savoir plus sur les "biocarburants"

    NB. L’appellation "biocarburants" devrait être abandonnée pour celle d’"agrocarburant".

    - ’’Biocarburants’’ : menaces pour l’environnement et les populations, par Planète Urgence.

    - Un dossier sur les agrocarburants sur le site du RAC-France.

    - "Les "carburants verts" (agrofuels) sont plus dangereux pour la santé que les hydrocarburants", San Francisco Chronicle 31/04/2007 - Trad. Gregoire Seither pour libertes-internets.net :

    "Une nouvelle étude de l’université de Stanford révèle que l’utilisation des agro-fuels tels que l’éthanol - solution promue comme permettant de lutter contre le réchauffement climatique et la pénurie pétrolière - va, à terme, causer un problème de santé publique bien plus important que les actuelles pathologies liées à la pollution automobile. [...] Les moteurs à combustion d’éthanol font grimper les taux de toxicité en ozone de l’air [...]. L’utilisation d’éthanol à la place de l’essence devrait causer 9% de morts dus à la pollution atmosphérique en plus, soit 120 morts par an pour une ville comme Los Angeles."

    - "Les arbres du mal. La production d’agro-carburants à partir du palmier à huile", Alain Lipietz, député européen :

    "Lancement de l’étude : "Le flux de l’huile de palme Colombie - Belgique - Europe", approche sous l’angle des droits humains.

    La directive sur les Biofuels de 2003 fixant à 5.75 % la part des agri-carburants d’ici à 2010 est actuellement présentée par le Commission Européenne comme le miracle qui permettra à l’Union Européenne de réaliser les objectifs de Kyoto.

    Pourtant, loin d’être le miracle annoncé, les agro-carburants sont déjà en train de ravager certains pays du Sud, qui, au travers d’accords bilatéraux iniques, sont devenus les producteurs des agro-carburants américains et européens au détriment de leurs propres cultures vivrières.

    Les scientifiques tirent déjà la sonnette d’alarme : les agro-carburants, loin de résoudre le problème du changement climatique seraient en passe de l’aggraver. La déforestation d’immenses zones en Asie du Sud-est ou en Amérique Latine pour la culture d’agro-carburant destinés à l’exportation entraîne non seulement une perte croissante de biodiversité, mais les méthodes employées (assèchement de tourbes ; brulis...) seraient à l’origine d’un dégagement de CO2 plus important que l’utilisation de pétrole par les voraces automobiles des pays industrialisés !

    Et les ONG droits de l’hommiste leur emboîtent le pas avec d’autant plus d’inquiétude qu’en plus de détruire la biodiversité et de menacer la souveraineté alimentaire, les multinationales développent leur industrie d’agro-carburants au mépris total des droits de l’homme les plus fondamentaux.

    Le récent rapport de Fidel Mingorance pour la Coordination Belge pour la Colombie est sur ce point édifiant. Prenant l’exemple de la Colombie où le palmier à huile empiète chaque jour un peu plus sur la culture bananière, l’auteur nous montre comment les multinationales s’appuient sur un système "traditionnel" de réquisition des terres par la force pour étendre leur surface de plantation, et ce avec l’appui des paramilitaires amnistiés. Expropriations, menaces, humiliations, journées de travail sans fin, interdiction des syndicats, tel est le lot quotidien des travailleurs colombiens des plantations de palmier à huile.

    Alors que la réduction globale des dépenses énergétiques est la seule et unique solution au changement climatique, l’Union Européenne pense résoudre ses problèmes en sous-traitant aux pays du Sud des marchés où ils ont tout à perdre. En plus de mettre en péril la souveraineté alimentaire des pays du Sud en utilisant les terres arables pour la production d’essence plutôt que pour la production d’aliments de consommation basiques (maïs, soja...), les agro-carburants font s’affronter une fois encore les droits de l’homme et les profits.

    L’Union Européenne ne peut plus se faire la complice silencieuse de graves atteintes aux droits de l’homme sous prétexte de réaliser les objectifs de Kyoto. L’Union Européenne doit bannir immédiatement l’importation d’huile provenant des terres réquisitionnées et exploitées par les paramilitaires."

    - Voir aussi : Halte aux subventions pour les agro-carburants.

    - "Le prix des céréales provoque la révolte du tiers-monde", un article de rue89, 9 avril 2008.

     

    Publié le 17 avril 2007
    Mis à jour le 10 avril 2008
    Article consulté 1254 fois.

     

    Réagir à cet article : poster un commentaire