AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Halte aux subventions pour les agro-carburants


Info diffusée par l'association :

Cyberacteurs
Voir le site


Toutes les infos de Cyberacteurs

Sur le même thème

Ecologie

Action ponctuelle

Action

Protester

Transports

Europe


 

Empêchons les industries automobile, pétrolière et biotechnologique d’inscrire les agrocarburants, comme priorité de la recherche et des subventions européennes, pour les 10 années qui viennent !

"Le choix de l’Union Européenne pour les agrocarburants a été largement poussé par les industries qui vont directement profiter de leur développement et de leur utilisation à grande échelle. Ces industries sont des poids lourds de la Plateforme Technologique Européenne des Agrocarburants (EBFTP), groupe consultatif, mis en place par la Commission européenne (Direction Générale Recherche) avec comme rôle clé de développer l’Agenda Stratégique de la Recherche (SRA) pour les agrocarburants, c’est à dire identifier les secteurs clés de la recherche pour les 10 années à venir.

Les membres de cette plateforme reconnaissent, eux-mêmes, que leur objectif majeur est de réaliser les principales propositions définies dans le rapport « Biocarburants dans l’Union Européenne, une vision pour 2030 et au-delà », rédigé par BIOFRAC, groupe qui a précédé la Plateforme Technologique. BIOFRAC était massivement dominé par les industries automobile, pétrolière et biotechnologique et son rapport de juin 2006 - qui reflétait clairement cette orientation pro-industrie - est maintenant devenu un document officiel de la Commission. L’objectif principal de cette « vision » est d’arriver à ce que 25% des carburants automobiles soient fournis, d’ici 2030, par des agrocarburants. Qui plus est, le rapport faisait lourdement la promotion des agrocarburants de seconde génération et recommandait la mise en place de la plateforme technologique sur les agrocarburants.

La plateforme (EBFTP) fut créée en juin 2006 et malgré de grands discours sur une ouverture à tous, dès le début le choix des membres fut une supercherie. Pour commencer, les membres du comité directeur furent sélectionnés par le président de BIOFRAC (Anders Roj de Volvo) et les 2 vice-présidents (Olivier Appert de l’Institut Français du Pétrole et le PDG d’Abengoa, Javier Salgado), en consultation avec la Commission. Le comité directeur qui en résulte, est totalement dominé par les industries et les centres de recherches qui ont des liens étroits avec l’industrie. Il est présidé par Luis Cabra de la compagnie pétrolière Repsol YPF et il n’y a pas une seule organisation de la société civile représentée. Les 5 groupes de travail sont aussi très largement dominés par des représentants de l’industrie et des centres de recherches. Plus de 300 personnes ont demandé à participer aux groupes de travail. Pourtant, avec un maximum de 25 personnes par groupe de travail, plus de la moitié des candidatures furent rejetées. Finalement, on ne retrouve que 2 représentants d’ONG sur les 125 membres des groupes de travail. Le secrétariat a refusé de donner la liste initiale des 300 candidats et l’Observatoire Européen de l’Industrie attend toujours les détails qu’on lui a promis, sur l’historique de ce choix.

Pour résumer : la Commission s’est assurée que les mêmes compagnies qui avaient rédigé la « Vision de l’Union européenne pour les agrocarburants » par l’intermédiaire de BIOFRAC puissent maintenant réaliser ses recommandations et définir l’agenda des recherches et du développement des agrocarburants. Ce sont en plus des compagnies qui ont des intérêts commerciaux directs dans le développement des agrocarburants dans l’Union européenne.

L’Agenda Stratégique de la Recherche (et le Document Stratégique de Déploiement) est en train d’être rédigé par l’EBFTP et a été consulté par les parties prenantes inscrites. Depuis le 26 septembre, il est ouvert à la consultation publique. Bien que la section de consultation du site de l’EBFTP (voir http://www.biofuelstp.eu ) ne précise pas quand la consultation publique se termine, d’autres sections du site précisent que cette consultation est ouverte jusqu’au 26 octobre. Une période aussi courte est en contradiction avec les lignes directrices de la Commission pour les processus de consultation qui exigent un minimum de 6 semaines. Début novembre, le comité directeur approuvera le rapport final qui sera rendu public à Bruxelles le 31 janvier.

Que pouvons-nous faire ?

Il nous faut nous opposer à ce processus. Le contenu de l’Agenda Stratégique de la Recherche va fortement déterminer où les fonds européens vont aller dans les années qui viennent et aider les industries pétrolière, biotechnologique et autres, à continuer leurs coûteuses recherches dans les techniques de manipulations génétiques et autres développements nuisibles. Mais lutter contre ce processus, c’est aussi lutter contre les objectifs de l’Union européenne. En effet, une fois que l’argent sera parti vers l’industrie pour la recherche et que l’Union européenne aura décidé que les agrocarburants de seconde génération sont pour une ou plusieurs raisons, une priorité, il sera alors difficile de stopper ce processus. On retrouve des plateformes technologiques dans d’autres domaines que les agrocarburants. Le schéma général consiste à laisser les industriels décider de ce que les priorités de la recherche devraient être pour l’UE et ensuite de leur fournir les moyens financiers et la commercialisation des centres de recherches. Le but est d’aider à ce que des priorités identifiées par les industriels soient rapidement réalisées et commercialisées pour rendre ainsi l’UE plus compétitive."

- Plus d’infos et comment participer à la consultation (pour rejeter le contenu de l’Agenda Statégique de la Recherche proposé par l’industrie), sur le site cyber@cteurs.

- Voir aussi : Les biocarburants ne sont ni verts, ni bio, ni équitables.

 

Info en ligne depuis le 24 octobre 2007
Article consulté 648 fois.

Réagir à cet article : poster un commentaire