AGIR ICI ET MAINTENANT


 

Soutenons Charlie Hebdo et le droit de critiquer toutes les religions


Info parue dans :

Charlie Hebdo


Tous les articles dans Charlie Hebdo


Sur le même thème

Droit

France

Action ponctuelle

Action

Médias

Religion

Soutenir


 

Envoyez vos messages de soutien

Le procès qui s’ouvre au Tribunal de grande instance de Paris du 7 au 8 février 2007 est d’une extrême importance. Charlie Hebdo est poursuivi pour avoir republié les douze dessins danois du Jyllands-Posten sur Mahomet. Dans un contexte où des intégristes menaçaient de mort quiconque osait soutenir les journaux et pays pris pour cibles, ce journal a choisi de rester fidèle à sa tradition de liberté de ton et d’expression envers toutes les religions et tous leurs symboles.

Sommaire :

  • Mise à jour 8/02 : Le parquet réclame la relaxe
  • Charlie Hebdo relaxé (mise à jour mars 2007)
  • "Le procès qui s’ouvre au tribunal de grande instance de Paris du 7 au février 2007 est d’une extrême importance. Charlie Hebdo est poursuivi pour avoir republié les dessins danois du Jyllands Posten sur Mahomet.

    Dans un contexte où des intégristes menaçaient de mort quiconque osait soutenir les journaux et pays pris pour cibles, ce journal a choisi de rester fidèle à sa tradition de liberté de ton et d’expression envers toutes les religions et tous leurs symboles : le pape comme Jésus ou Mahomet.

    Il l’a fait en mettant ces douze dessins à la disposition du grand public, afin qu’il se fasse une opinion par lui-même. Par solidarité avec Jacques Lefranc, rédacteur en chef de France Soir, qui venait d’être licencié pour avoir eu ce courage. Parce que si tous les journaux d’Europe avaient fait de même, l’intimidation des extrémistes aurait échoué. Parce que si tous les journaux d’Europe s’étaient pliés à cette injonction, leur silence aurait signé la victoire des extrémistes.

    Malgré ce climat, des organisations musulmanes traditionnelles (la Mosquée de Paris), intégristes (l’UOIF) et même l’un des bailleurs de fonds de l’islam extrémiste wahhabite en provenance d’Arabie Saoudite (la Ligue islamique mondiale) ont choisi d’ajouter à l’intimidation une menace judiciaire en intentant à Charlie Hebdo, au titre des lois antiracistes, un procès pour « injures publiques à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur religion ».

    Deux dessins sont visés : celui montrant Mahomet avec une bombe dans son turban, mais aussi celui où Mahomet freine un groupe de kamikazes par cette annonce : « Stop, on n’a plus de vierges en stock. » La couverture du numéro, où Cabu représente un Mahomet « débordé par les intégristes » et qui les désavoue ( « C’est dur d’être aimé par des cons ») est également poursuivie pour « injures », alors qu’elle visait justement à montrer un Mahomet se désolidarisant des intégristes.

    C’est dire la confusion entretenue par cette plainte contre un journal qui combat depuis toujours à la fois le racisme et l’intégrisme. Nous refusons cet amalgame, facilité par l’utilisation abusive du mot « islamophobie », consistant à confondre la critique légitime de l’extrémisme et du terrorisme instrumentalisant les symboles de l’islam avec du racisme à l’encontre des individus de religion musulmane.

    Certains nous disent aujourd’hui que le contexte géopolitique devrait inciter à la prudence, voire au silence. C’est tout le contraire. La liberté d’expression et la laïcité ont besoin d’être réaffirmées comme rarement. Ceux qui résistent à l’intégrisme n’ont que la plume et le crayon pour faire face aux menaces. Des démocrates du monde entier, notamment musulmans, espèrent trouver en Europe, et tout particulièrement en France, un havre laïque où leur parole n’est entravée ni par la dictature ni par l’intégrisme.

    Si Charlie Hebdo venait à être condamné, si l’autocensure généralisée devait faire jurisprudence, nous perdrions tous cet espace commun de résistance et de liberté. Pour ces raisons, nous soutenons Charlie Hebdo et le droit de continuer à critiquer toutes les religions sans exception."

    - Ce texte est paru dans Libération le 5 février, et reproduit sur le blog de prochoix, le site Histoires de mémoire. Le nouvel Obs propose également un article.
    D’autres articles sont disponibles sur le blog de prochoix.

    - Pour voir ou revoir les couvertures de Charlie Hebdo : http://unecharlie.canalblog.com.
    Sur cette même page, une Interview des journalistes de Charlie Hebdo pour le journal Libération ( MP3 ).

    - Si vous souhaitez envoyer vos messages de soutien pendant le procès, envoyez vos signatures (nom, prénom, présentation) à : soutien @ charliehebdo.fr (adresse valable jusqu’au 10 février).

    - Ecouter une interview de Cabu sur le site du Monde : "C’est un procès du Moyen Age". Cabu a signé l’une des trois caricatures mises en cause par la grande mosquée de Paris et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).

    - Voir aussi : "L’"affaire" des caricatures de mahomet".

    Mise à jour 8/02 : Le parquet réclame la relaxe

    Le substitut du procureur Anne de Fontette a rappelé que les caricatures relevaient de la liberté d’expression et ne s’en prenaient pas à la religion musulmane, mais à l’intégrisme. Elle a parlé de Charlie Hebdo comme étant "pour nombre de nos concitoyens le reflet vivant de la liberté de la presse dans une société démocratique qui ne peut être théocratique".

    Invitée d’I-justice, Caroline Fourest dresse un premier bilan du Procès Charlie Hebdo : voir la vidéo et d’autres articles sur le site Prochoix.

    Charlie Hebdo relaxé (mise à jour mars 2007)

    "Les juges ont estimé que les caricatures relevaient de la liberté d’expression et ne s’en prenaient pas à l’islam mais aux intégristes.
    L’ensemble du magazine a participé au débat public sur le sujet, concluent les juges."

    - Lire "Affaire des caricatures : Charlie Hebdo relaxé" et "Le jugement de l’affaire Charlie Hebdo", sur le blog "Journal d’un avocat"

     

    Info en ligne depuis le 6 février 2007
    Mise à jour le 25 mars 2007
    Article consulté 1909 fois.

     

    Réagir à cet article : poster un commentaire